La douleur après une augmentation mammaire

Gonflement et douleur après une mammoplastie

1. Gonflement après une augmentation mammaire (mammoplastie d’augmentation)

Pour éviter un gonflement excessif et un gonflement dépassant largement les limites du sein, un soutien-gorge de compression serré doit être porté dès les premières heures après l’opération. Son élasticité doit être supérieure à la moyenne. Portez-le tout le temps pendant les premiers jours, sauf pour prendre une douche. Après une semaine, lorsque le gonflement a considérablement diminué, vous pouvez vous en débarrasser la nuit, mais continuez à le porter pendant la journée jusqu’à 3-4 semaines.

Pour que le gonflement ne reste pas plus longtemps que nécessaire, il est nécessaire de maintenir une certaine activité physique. De la marche les premiers jours, à la gymnastique légère ou au fitness les semaines 2, 3 et 4. En revanche, la ceinture scapulaire ne doit pas être soumise à une activité physique régulière telle que la course ou les mouvements de traction vers le haut, mais le reste du corps peut être concerné. La restriction des aliments salés ou les diurétiques n’ont pas d’effet significatif sur le gonflement de la poitrine ; les recommandations à ce sujet peuvent donc être négligées.

2. Malaise au repos après une mammoplastie

Dans les premières heures qui suivent l’augmentation mammaire, l’anesthésie locale est efficace, ce qui signifie que la patiente ne ressent aucune douleur. Après 4 à 5 heures, l’anesthésie locale s’estompe et la douleur réelle s’installe. Comme plusieurs heures se sont écoulées depuis le traumatisme (chirurgie), l’intensité est moyenne. Le Ketarol ou le Ketanol sont suffisants pour la gestion de la douleur, mais des analgésiques narcotiques tels que le Promedol toutes les 4 heures sont recommandés pendant les 24 premières heures. La période postopératoire est ainsi totalement confortable et, pourrait-on dire, indolore.

Le deuxième jour, on observe une gêne au repos et une douleur pendant l’activité physique. La douleur en mouvement ne peut être prévenue par des médicaments, il n’y a donc qu’une seule solution : survivre le deuxième et le troisième jour en paix, si possible. Ketanov ou Ketarol peuvent être bons pour la gêne au repos. En prendre deux ou trois fois par jour est parfaitement justifié.

3. Douleurs de mouvement après une mammoplastie

Ce type de douleur est difficile à gérer. La seule consolation est qu’en trois ou quatre jours, la douleur diminue considérablement et que, dès la première semaine, il devient tolérable de lever les mains pour s’habiller. Au bout de 2 à 3 semaines, elle disparaît complètement. Les exceptions sont les mouvements circulaires soudains des bras et les activités sportives.

4. Restriction des mouvements après une augmentation mammaire.

Ici, tout est très simple. S’il y a de la douleur, il n’y a pas de mouvement. S’il n’y a pas de douleur ou si elle est tolérable, alors il y a un mouvement. Il est important que les analgésiques ne soient pas nécessaires pour cela (ils ne sont pas efficaces) et qu’après une courte période de limitation complète des mouvements, vous les restituiez progressivement et repreniez votre mode de vie normal.

5. Faiblesse après une mammoplastie

C’est un état naturel après une augmentation mammaire et d’autres procédures de mammoplastie. Elle dure les premiers jours et s’estompe. Dans de rares cas, elle peut durer plusieurs semaines. Certaines personnes pensent que c’est l’anesthésie qui « se dissipe ». Quelqu’un qu’il est si lent dans son rétablissement.  En fait, c’est une réaction physiologique normale de tout organisme au « stress » chirurgical. C’est-à-dire que le corps mobilise ses capacités de récupération au détriment d’autres systèmes. C’est là qu’on peut l’aider, non pas en tombant dans l’anabiose physique, mais en restaurant le corps et l’esprit par la force. Le travail, les promenades, la vie sociale et le refus d’admettre la maladie. De cette façon, il passera rapidement et sera oublié.

6. Activité physique réduite après une augmentation mammaire/mammoplastie

Le « stress » chirurgical, le syndrome douloureux, la fatigue, l’inconfort sont autant de raisons de réduire l’activité physique.  Les premiers jours sont compréhensibles et justifiés. Ensuite, comme décrit ci-dessus.

7. Augmentation de la température corporelle à 37-38 après une chirurgie mammaire

De plus, c’est un état tout à fait naturel après la chirurgie. Elle est causée par la réaction de l’organisme au stress chirurgical. Le phénomène est temporaire et ne nécessite pas de traitement, à condition que le patient ne se plaigne pas d’un inconfort marqué, d’un manque total d’appétit et d’une dépression. L’effet thérapeutique d’agents tels que l’aspirine, les cétones, le Voltaren et l’indométhacine est dû à leur effet inhibiteur sur les processus inflammatoires non spécifiques. Les doses sont moyennes. La durée est de plusieurs jours ou semaines, jusqu’à ce que la fièvre tombe avec la disparition de toutes les autres plaintes.

8. Nécessité de porter des sous-vêtements spéciaux après une mammoplastie (augmentation mammaire)

Oui, c’est nécessaire. Une semaine en permanence, puis vous pourrez l’enlever la nuit. Une attention particulière doit être accordée à l’attelle spéciale qui est portée en haut lorsque l’implant est placé sous le muscle et en bas lorsque l’implant est placé sous la glande. Le temps de port est de 3 à 4 semaines. Si vous pratiquez activement un sport, vous pouvez continuer à l’utiliser. Après avoir évoqué les conséquences inévitables de la mammoplastie, nous revenons à l’objectif d’avoir des seins beaux et agréables au toucher. L’objectif est atteint en évitant toute action qui pourrait entraîner des complications.  Pour éviter les saignements et les hématomes et, par conséquent, les interventions répétées, il faut éviter les mouvements pendant les premières heures et les limiter pendant les premiers jours.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code